Skip to main content
krieger logo

Department of German and Romance Languages and Literatures

Fin(s) du Monde

Fin(s) du monde

La fin du monde reste un motif prégnant de l’imaginaire col- lectif, elle dessine un tableau aux variations inépuisables en lit- térature comme dans les autres arts. Si les horreurs du contem- porain semblent marquer une rupture sur laquelle bute l’ap- préhension de l’homme, en revanche l’angoisse ou l’espérance liées à la fin sont ataviques, au point que même le positivisme le plus récent n’a pu totalement les oblitérer. Ce constat sous- tend l’ensemble des contributions de ce recueil, qui interro- gent des démarches issues de contextes historico-culturels dif- férents – de l’Antiquité classique à nos jours. Abordant des questions aussi diverses que complémentaires, elles s’organi- sent autour des axes suivants : téléologies à/dans l’œuvre ; seuils, passages, transitions ; les temps d’après ; usages poli- tiques de la fin.